Notre histoire

Fondé en 2007, wpd offshore France est un des pionniers de l’éolien en mer en France. Acteur historique sur tout le littoral métropolitain, wpd offshore France est à l’origine du développement de 4 des 10 projets retenus par l’Etat et soumis à appels d’offres : Fécamp, Courseulles, Oléron et Yeu-Noirmoutier.

wpd et ses partenaires, EDF et EnBridge, ont remporté en 2012, lors du 1er appel d’offres éolien en mer lancé par le Ministère de l’Energie , les droits exclusifs pour le développement, la construction et l’exploitation des parcs de Fécamp et Courseulles-sur-Mer. Une fois mis en service, les deux parcs totaliseront une puissance de 948 MW, et permettront d’alimenter 1,47 million de foyers en électricité d’origine renouvelable.

Engagés depuis 2002 dans la transition énergétique en France, wpd développe des projets respectueux de l’environnement et des populations locales. Chaque projet est mené en étroite collaboration avec l’ensemble des acteurs concernés, qu’il s’agisse des élus, des collectivités territoriales, des riverains, des associations de protection de l’environnement, etc…

Dans le cadre du développement de nos parcs éoliens en mer, nous avons su tisser des liens étroits avec ses usagers, en particulier les comités des pêches, mais aussi les plaisanciers, ou encore les diverses associations sportives ou de protection de la nature en lien avec la mer, et ce, à l’échelle locale et nationale. Membre actif du Cluster Maritime Français,  nous restons à ce jour, grâce à la mise en place de nombreux groupes de travail (regroupant élus, pêcheurs et associations), le seul acteur à avoir obtenu des lettres de soutien signées par les territoires pour la totalité de nos projets.

Ce véritable objectif de co-développement va bien au-delà d’un simple partage d’information au travers des instances que nous créons. Afin de garantir la meilleure acceptabilité des projets nous avons été jusqu’à définir avec les territoires les localisations précises des éoliennes, les orientations des lignes et leurs espacements. A titre d’exemple, une insertion paysagère particulière a été imaginée avec les élus d’Etretat pour limiter au maximum la visibilité du futur parc de Fécamp depuis la côte.

Cette écoute du terrain et des populations permet à wpd de se positionner comme une référence en matière de développement de parcs éoliens en mer.

Nos collaborateurs – responsables environnementaux, chefs de projets, ingénieurs techniques, fonctions supports – partagent ces convictions et s’attachent à les appliquer au quotidien, dans la réalisation de chacun des projets développés.

Les femmes et les hommes qui font la force de wpd ne sont pas là par hasard. Passionnés par leurs métiers, ils sont convaincus que le développement des énergies renouvelables et la protection de l’environnement peuvent être défendus harmonieusement.

Nous déployons notre énergie pour des projets responsables et sommes à vos côté durant toute la vie du projet : de la recherche de site à la construction, en passant par toutes les phases d’études techniques et environnementales, notre service est 100% intégré pour des projets sur-mesure.

Répartis par façade maritime et basés au cœur des territoires, nos chefs de projet sont disponibles au quotidien pour répondre aux interrogations, comprendre les enjeux spécifiques à chaque site, informer sur l’état d’avancement des projets en totale transparence, et ce, afin de développer des projets respectueux de l’environnement dans lequel ils s’implantent.

L’équipe de wpd offshore France fait partie d’une entité internationale de plus de 300 experts ayant d’ores et déjà réalisé et mis en service 3 parcs éoliens en mer, situés en Allemagne : Baltic I, Butendiek et Nordergründe. Le groupe travaille actuellement au développement de 8 projets (en Allemagne, France, Finlande, Suède, Japon et Taïwan), pour un total de 5,5 GW.

wpd est un membre actif des associations suivantes :

France Energie Eolienne, représente, promeut et défend l’énergie éolienne en France. L’association rassemble plus de 300 membres, professionnels de la filière éolienne en France, qui ont construit plus de 90% des turbines installées sur le territoire français et en exploitent plus de 85%.

Le Syndicat des Energies Renouvelables représente l’ensemble des filières des énergies renouvelables en France. Il œuvre pour que les énergies renouvelables trouvent une place dans en France et s’y développent au bénéfice de la collectivité.

Le Cluster Maritime Français (CMF) rassemble tous les acteurs de l’écosystème maritime, de l’industrie aux services et activités maritimes de toute nature.

BDI contribue au déploiement des priorités régionales en termes de développement économique. Elles correspondent aux transitions qui s’opèrent dans les entreprises et les territoires : énergétique, écologique et numérique. Les compétences et l’expertise de BDI sont mobilisées à l’échelle régionale, nationale et internationale. BDI participe au rayonnement et à l’attractivité de la Bretagne, en collaboration avec les territoires et les acteurs bretons du développement économique et de l’innovation.

Le WEAMEC (West Atlantic Marine Energy Community) fédère les nombreux acteurs académiques et entreprises engagés dans le domaine des énergies marines renouvelables en Pays de la Loire, sur les axes recherche, innovation et formation. Le WEAMEC regroupe une trentaine d’établissements et de laboratoires dont des acteurs de premier plan tels que Centrale Nantes, l’Université de Nantes, l’IRT Jules Verne, le CEA Tech, l’IFSTTAR et beaucoup d’autres.

Créés en 2005 pour apporter des réponses nouvelles face à la concurrence mondiale de plus en plus pressante, les pôles de compétitivité ont pour vocation première de proposer une nouvelle politique industrielle. Les pôles de compétitivité visent à dynamiser la capacité d’innovation des entreprises, à développer la croissance et l’emploi sur des marchés porteurs.

Atlantique ou Méditerranée, les acteurs du monde maritime ont rapidement identifié que les liens communs qu’ils pouvaient développer étaient autrement plus forts que leurs différences. Les deux pôles jumeaux ont saisi l’opportunité offerte par l’Etat : développer l’économie de la mer et les emplois induits par le recours à l’innovation.

Soutenue par la Région, la filière d’excellence Normandie Energies contribue au développement économique du territoire en fédérant et animant les acteurs normands de l’énergie. Majors de l’énergie, 60% de PME et TPE, acteurs de la recherche et de la formation, collectivités…, ses 240 membres constituent l’écosystème dynamique et créateur d’emplois de Normandie Energies.

Créée fin novembre 2017 durant les Assises de l’économie de la Mer au Havre, l’Association Normandie Maritime a pour mission la promotion, le développement et la coordination de la filière régionale de l’économie maritime et fluviale.

neopolia est un réseau dont la vocation est de fédérer et faire travailler ensemble les entreprises sur des enjeux business, au service du développement de filières industrielles. Association créée et animée par des entrepreneurs afin de renforcer la diversification et la compétitivité des entreprises régionales, neopolia accompagne les grands acteurs de marché dans leur démarche de progrès et agit aux côtés des institutions pour garantir un développement industriel équilibré du territoire.

L’Union Maritime de La Rochelle (UMLR) est un Syndicat professionnel. Son objectif est la défense des intérêts économiques, industriels et commerciaux de ses adhérents.

L’association DIEPPE-NAVALS a été créée le 15 juin 2011 avec quatre objectifs principaux : 1. Promouvoir et valoriser les compétences et les savoir-faire des entreprises du bassin dieppois ; 2. Créer du lien et du réseautage entre les entreprises membres de l’association ; 3. Etre force de proposition auprès des partenaires publics et des grands donneurs d’ordre ; 4. Associer et faire travailler les entreprises adhérentes sur des problématiques commune

France Nature Environnement est la fédération française des associations de protection de la nature et de l’environnement. Elle est la porte-parole d’un mouvement de 3500 associations, regroupées au sein de 57 organisations adhérentes, présentes sur tout le territoire français, en métropole et outre-mer.

Depuis 2014, la POC agit pour une meilleure compréhension des interactions Océan-climat et une meilleure intégration de l’Océan dans les négociations climatiques. Forte de la participation de plus de 90 membres, la POC favorise la réflexion et les échanges entre la communauté scientifique, la société civile et les décideurs politiques.